Chateau de Fayolle
Private Walled Park

Histoire & Patrimoine

La Dordogne est une terre de châteaux et de bastides, d’églises romanes et fortifiées, d’abbayes et de pigeonniers, de vignobles, de noyers et de tabac, de foie gras et de truffes: bref la France Profonde!

Histoire

PREHISTOIRE
Les sites préhistoriques sont dispersés le long de la rivière Dordogne à l’est de Bergerac. On y a retrouvé des ossements et des outils appartenant à l’homme de Néanderthal et de Cromagnon; des grottes telles la Grotte de Rouffignac ou Lascaux II (une reproduction grandeur nature de Lascaux) parmi tant d’autres présentent des peintures préhistoriques remarquables. Les merveilleuses concrétions calcaires de la grotte du Grand Roc méritent le détour (une heure en voiture).

GUERRE DE CENT ANS
A partir du 11ième siècle apparurent les églises, les abbayes, les châteaux et les villes nouvelles qui dominent encore aujourd’hui le paysage rural. La Dordogne faisait alors partie de l’Aquitaine, vaste région qui s’étendait de Poitiers au nord jusqu’aux Pyrénées, et de Bordeaux jusqu’en Gascogne. Aliénor en hérita de son père William et l’apporta au royaume de France lorsqu’elle épousa le roi Louis VII. Cependant son mariage fut annulé en 1137, et Aliénor épousa  ensuite Henry Plantagenet, Comte d’Anjou et Duc de Normandie, qui devint plus tard roi d’Angleterre: l’Aquitaine se retrouva ainsi sous commandement anglais. La guerre de Cent Ans débuta en 1337 suite à des problèmes de succession au sein de la famille royale française: la lignée des Capétiens s’était éteinte à la mort de Philippe IV et le roi d’Angleterre Edouard III revendiquait la couronne de France. La guerre se déroula principalement sur le territoire français où eurent lieu de célèbres victoires anglaises telles Crécy, Poitiers et Azincourt. Les bastides du Périgord changèrent aussi de camp régulièrement jusqu’en 1453, date de la bataille de Castillon où les anglais, sous les ordres de Lord Talbot furent vaincus.

HUGUENOTS
Au 16ième siècle, les Huguenots, membres de l’Eglise protestante réformée de France, furent persécutés: s’en suivit une guerre civile. Ils s’élevaient contre les catholiques de l’Eglise de Rome, accusant le Pape et son clergé d’être trop matérialistes; à une guerre de religion s’ajoutait une crise politique, la querelle entre les maisons de Bourbon et de Guise. La guerre prit fin en 1598 avec l’Edit de Nantes qui accordait aux Protestants l’égalité avec les Catholiques et une certaine liberté religieuse et politique. Mais sous le règne de Louis XIV (1641-1715), le premier ministre, le cardinal Mazarin, reprit les persécutions envers les Protestants: nombre d’entre eux se réfugièrent dans les pays protestants alentours comme la Hollande, la Prusse, l’Angleterre, la Suisse et le Danemark, ou partirent vers les colonies anglaises d’Amérique. Une importante communauté de Protestants vivait dans la région de Bergerac, se cachant de leurs persécuteurs; un bon nombre d’entre eux privèrent la région de leurs talents et durent s’exiler sous Louis XIV. La croix huguenote, semblable à la croix de Malte, est un motif récurrent de décoration du mobilier périgourdin du 17ième siècle. Deux meubles en témoignent au château de Fayolle. Un lien existe encore entre la Dordogne et la Hollande: les Hollandais ont gardé un fort penchant pour les vins liquoreux de Monbazillac!

BASTIDES
La bastide est une petite ville médiévale au plan à damier ou parfois arrondi, avec place centrale, halle et couverts. En général l’église n’est pas sur la place centrale, mais sur un côté. De nombreuses bastides furent plus tard fortifiées avec des murs d’enceinte et des portes durant la guerre de Cent Ans. Vous pourrez visiter par exemple Monpazier, Beaumont et Eymet (de 15 mn à 1h de route)

EGLISES ROMANES
Les 11ième et 12ième siècles virent l’apparition d’églises romanes dans la France entière. Mêlant des influences architecturales romaines à des courants venus du Moyen-Orient et d’Europe du Nord, la caractéristique principale de ces églises est la voûte de pierre qui remplace le plafond de bois. Il faut des murs et des piliers massifs pour supporter le poids de  ces toits; des formes simples taillées dans un grès doré caractérisent les églises romanes périgourdines. Certaines furent également fortifiées pendant la guerre de Cent Ans.

CHATEAUX
La Dordogne compte plus de 1500 châteaux, manoirs ou maisons de maître qui émaillent toute la campagne. Vous en trouverez plus ici que dans n’importe quelle autre région de France. Bâtis entre le 11ième et le 18ièmesiècles, ils sont en plus ou moins bon état. Nombre d’entre eux sont des habitations privées mais certains se visitent, comme Biron, Lanquais, et le plus romantique de tous, Monbazillac (15 minutes en voiture)

PIGEONNIERS
Les pigeonniers émaillent le paysage arborant des formes très variées : carré, rond, à colombage, tout simple ou plus élaboré, sur colonnes, bref de toutes sortes. Les pigeons étaient pour leurs propriétaires une source intéressante de nourriture et d’engrais. De nombreux règlements régissaient la possession des pigeons : seules certaines catégories sociales avaient le droit d’avoir un pigeonnier, c’était souvent un droit détenu par la noblesse foncière. L’inconvénient des pigeons était les dégâts qu’ils occasionnaient dans les cultures lorsqu’ils s’y nourrissaient. Aussi le pigeonnier était-il souvent situé à la limite d’une propriété afin que les pigeons aillent se nourrir dans les champs des voisins!

Il était aussi construit loin de l’habitation pour éviter le bruit et les odeurs, mais aussi pour ne pas déranger les oiseaux en période de nidification. Souvent ils étaient construits sur des piliers ou radiers pour éloigner la vermine ; ils symbolisaient aussi un rang dans la société. En 1789 une loi interdit la possession de pigeons car ceux qui en souffraient le plus étaient les paysans qui perdaient avec eux une partie de leurs faibles récoltes.

Agriculture

Dans le Périgord Pourpre, la principale culture est la vigne: d’immenses vignobles couvrent la vallée de la Dordogne et les coteaux vallonnés alentour. Le tabac est en déclin mais on peut encore voir les séchoirs à tabac, de hauts bâtiments noirs à persiennes latérales. La production de noix a toujours été importante dans la région et il est toujours possible de se procurer une délicieuse huile de noix. La truffe pousse sous les chênes et les charmes et pour la trouver il faut l’aide de cochons ou de chiens entraînés: c’est une denrée précieuse, difficile à trouver, mais typique de cette région où l’on commence à en faire la culture. On trouve aussi du maïs qui sert à nourrir les oies pour le foie gras; le canard est un autre volatile fort apprécié dans la région. Des fruits poussent en abondance: pomme, poire, fraise, framboise et surtout prune qui, une fois séchée, donne le pruneau d’Agen.

Vin

Les vins d’appellation Bergerac couvrent 12 700 ha. Le vignoble moyen fait entre 11 et 12 ha. 57% de la production est constituée de vin rouge, 15% est exportée. On produit du vin à Bergerac depuis des siècles: il voyageait à l’époque jusqu’à Bordeaux par la rivière à bord de gabarres, des bateaux à fond plats sur lesquels on peut toujours se promener sur la Dordogne. La zone de production de Bergerac est divisée en plusieurs appellations: Pécharmant, Rosette, Montravel, Monbazillac et Saussignac (ces deux dernières produisant des liquoreux). Les cépages autorisés sont les mêmes qu’à Bordeaux: Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Malbec pour les rouges, Sauvignon blanc, Sémillon et Muscadelle pour les blancs. De nombreux vignobles sont heureux de recevoir des visiteurs, proposent dégustation et vente à la propriété: suivez la Route des Vins!

Plus d’informations sur les activités et leschoses à faire dans la région »

Chateau Postcard